Groupe CASTEL RSS

FAQ


Réponse :

La fabrication de la bière n'a pas varié depuis le moyen âge. Il s'agit toujours de transformer des céréales en une boisson désaltérante, savoureuse et plus ou moins alcoolisée. Toutes les différences de goût, de saveur et de couleur proviennent des techniques propres à chaque style et surtout à chaque Maître Brasseur. Qu'il soit héritage des plus anciennes traditions ou expression des techniques modernes, le brassage de la bière est uniquement une question de savoir-faire. Si le malt et le houblon en constituent les principales matières premières, l’eau entre à 90 %  dans la fabrication de la bière. Les principales étapes du processus sont : la meunerie, le brassage, la fermentation et la filtration.

Meunerie : Le malt, qui provient d’une céréale des régions du monde à climat tempéré appelée orge, constitue la source d’amidon et de matières azotées (protéines) qui, après nettoyage et broyage, en meunerie, entre dans la fabrication de la bière. Sa couleur qui détermine celle de la bière, est fonction de son degré de torréfaction. Pour certains types de bières, on ajoute au malt  d’autres céréales telles que le maïs (sous forme de gritz), le riz, etc… comme0 sources d’amidon.

Brassage : Au brassage, l’amidon est transformé essentiellement en maltose fermentescible par la levure. Le reste de l’amidon non transformé est qualifié d’extrait non fermentescible qui déterminera le corps de la bière. Le houblon, épice de la bière, est une  plante dont la fleur femelle non fécondée est utilisée dans la fabrication de la bière. C’est cette plante qui  détermine l’arôme et la saveur amère de la bière. Le houblon est mélangé avec la solution de maltose, à chaud pour former un liquide sucré et amer appelé le moût. Les écorces des céréales utilisées au brassage forment après séparation ce que l’on appelle drêche, très utile pour les éleveurs, car riche en protides et en glucides.

Fermentation : En fermentation, on mélange le moût refroidi et aéré avec la levure de bière, sorte de champignon qu’on peut isoler dans la nature. Celle-ci transforme alors le maltose essentiellement en éthanol et en gaz carbonique. Après la fermentation, les cellules de levure forment des flocs qui se déposent en grande partie au fond de la cuve de fermentation, d’où ils sont retirés par le brasseur. La bière ainsi obtenue, bien que déjà consommable, a encore un aspect voilée, trouble, à cause essentiellement du reste de levure encore en suspension.

Filtration : En filtration, la bière est totalement séparée de toutes les substances encore en suspension (levure, trouble froid, etc.) pour présenter l’aspect clair et brillant que nous lui connaissons et que nous apprécions.

Le gaz carbonique formé en fermentation, non seulement confère à la bière son caractère désaltérant unique, mais également est à l’origine de la formation de la mousse que nous aimons voir dans nos verres de bière. Ainsi, grâce à son gaz carbonique, à son extrait non fermentescible et aux protéines qu’elle contient, la bière est la seule boisson présentant une mousse stable, pouvant laisser des traces sur le verre après consommation.

Votre bière est prête à être embouteillée.  Pour une bonne dégustation, servez-là  fraîche : entre 8 - 14°C.

 


Réponse :

Non il n’existe pas de bière pour les diabétiques. Si vous ête diabétique, une seule règle : limiter votre consommation d'alcool et de sucre. L'excès en toute chose nuit. L'alcool comme le sucre, consommés en excès peuvent nuire à votre santé.


Réponse :

Bien qu’il n’existe aucune réponse univoque à cette question, la bière ne fait pas grossir, lorsqu’elle est consommée avec modération. Contrairement au vin et aux spiritueux, elle contient peu de calories. La bière est même diurétique et facilite l’élimination des toxines.